Ballon-sonde des étudiants de la Haute Ecole ARC

Quand mon employeur devient lanceur de ballon-sonde…

Le 26 juin 2021, Charles-Lewis, Jonathan et Robin ont lancé un ballon-sonde depuis le Campus Arc, à Neuchâtel (CH).
Le but du projet de ces étudiants et assistants en informatique à la Haute Ecole Arc était de tester des composants électroniques et un logiciel de vol qui seront ensuite déployés sur un satellite spatial.
Voyons jusqu’à quelle altitude le ballon est monté et où le vent l’a emporté…

Visite du site de radiosondage Météofrance de Nîmes

Étant passionné par la météorologie, ceci a rapidement débordé sur les outils météorologiques liés avec notre activité de radioamateur et donc devenu chasseur de radiosondes quand l’occasion s’y prête. En juillet 2015 grâce à Giovanni HB9HFL, j’avais organisé pour les deux radioclubs neuchâtelois une visite du centre d’aérologie de Météosuisse à Payerne, où nous avons participé au décollage d’une radiosonde. Un souvenir inoubliable !

Fred, F5OZK est aussi un chasseur de radiosondes et entretient une chaîne Youtube sur cette activité qu’il exerce dans le sud de la France. Cette semaine, avec trois autres radioamateurs, il s’est rendu à Nîmes réaliser un magnifique repartage sur le site de radiosondage de Météofrance. Cette visite m’a permis de raviver le souvenir de juillet 2015, en même temps voir ce qui a changé depuis. Les ballons sondes ne sont plus lancés à la main, comme j’ai pu le voir à Payerne en 2015, se sont aujourd’hui des robots qui s’en chargent, autant à Payerne qu’à Nîmes. Cerise sur le gâteau, pour la première fois, Fred et son équipe ont assisté au départ d’une radiosonde pour la récupérer une centaine de kilomètres plus à l’est après avoir dépassé les 30000 mètres d’altitude.

Vous êtes passionné comme moi de météorologie, vous voulez savoir comment se fait et à quoi sert le radiosondage ? F5OZK vous montre tout ça dans sa vidéo avec trois collaborateurs de Météofrance. On y apprend aussi que l’activité des radioamateurs chasseurs de radiosondes est très appréciée pour les informations qu’ils retournent à Météofrance, sans oublier que chaque radiosonde récupérée, c’est un coin de nature qui est dépollué. Prêt ?

Reportage de RTS La Première sur le radiosondage à Payerne

L’émission Le Grand Air sur RTS La Première a trouvé un très bon sujet en relation au nom de l’émission. Bastien von Wyss a participé à un lâché de ballon spécial « Le Grand Air » et s’est intéressé aux données récoltées par ces sondes. Son invité, Gonzague Romanens de Météo Suisse a expliqué ce que deviennent les radiosondes une fois leur vol terminé. Suvez le guide !

Continuer la vie en confinement

Toutes les manifestations radioamateur ont été mises à la trappe avec les mesures sanitaires actuelles. Il y a eu des présentations qui ont ainsi dû être annulées. Il serait tout à fait possible de profiter de cette période pour faire ce genre de présentations, au lieu de le faire physiquement, le faire par internet.

Il existe de nombreux outils pour faire ça, mais certains demandent plus ou moins d’une bonne formation informatique, l’idéal est de trouver une solution simple tant pour l’orateur tant pour les spectateurs. Le logiciel Jitsi-Meet permet cela et en matière de simplicité on ne peut pas faire mieux, il suffit d’un simple navigateur web et c’est tout. Autre atout, il s’agit d’une solution opensource qui permet de fournir ce service gratuitement.

L’orateur se connecte sur https://meet.jit.si et il crée une conférence qu’il appellera selon son choix. Il relèvera le lien et le communiquera avec la date et l’heure aux spectateurs par le canal de de communication de son choix.

Il existe d’autres prestataires qui proposent la même solution gratuitement et pour les plus avancé, le logiciel du serveur étant opensource c’est tout à fait possible de l’installer sur un serveur.

Je ne connais pas les limites quand au nombre de participants, comme cette solution est déjà utilisée par le télé-enseignement, une conférence entre 30 et 50 participants est raisonnable, tout dépend de l’infrastructure utilisée. Celle de Jitsi Meet devrait assurer. Les spectateurs qui entrent dans la conférence veilleront d’accepter la connexion des périphériques audio et vidéo et fermer leur microphone tant qu’il ne sont pas amenés à faire un commentaire.

En espérant que cet article donne des idées d’animer cette période de confinement pour effectuer des présentations en direct intéressante sur la radio.

Météosuisse augmente le radiosondage

Depuis aujourd’hui, Météosuisse réalise 4 lancés par jour, en plus des habituels de 0h et 12h UTC, deux lancés supplémentaires sont effectués à 6h et 18h UTC. La raison est la conséquence de la forte diminution du trafic aérien qui permettait de rapporter de grande quantité de donnés, indispensable pour fiabiliser les prévisions.

Voir les explications en détail sur le blog de Météosuisse.

En Suisse pour l’instant et à ma connaissance, c’est tout à fait possible d’aller chasser une radiosonde légalement, à condition bien sûr de respecter les règles d’hygiène actuelles lié au COVID-19. Évitez de prendre des risques inutiles si la sonde atterri en zone urbaine. Il convient aussi de prêter attention de ne pas être trop téméraire pour éviter des accidents car ce n’est pas la période la plus favorable de demander des soins ! Dans le doute on reste chez soi !

En France la situation est nettement plus restrictive, par contre Il est aussi possible de chasser sans trophée en essayant de recevoir la sonde de chez soi le plus proche du sol en améliorant la station de réception. Avec 4 lancés par jour, c’est une aubaine…

Radiosondage et tempête Ciara

La tempête Ciara qui a traversé ces 2 derniers jours au centre de l’Europe a été remarquée par des vents puissants et dévastateurs par endroits. Heureusement aucun dégât à mes antennes, ni aux nombreux arbres autour du QRA. On notera des vents mesurés par Météosuisse de 144 KM/h à Chasseral à 1607m d’altitude (JN37MD) et un peu plus de 90 km/h à La Chaux-de-Fonds près de l’aéroport des Eplatures (LSGC) qui est la donnée la plua proche du QRA. Météosuisse fait chaque jour du radiosondage depuis Payerne et cette sonde a traversé le jet stream autour des 10000m d’altitude. On trouve sa trace sur aprs.fi, la vitesse de cette petite sonde RS41 fait froid dans le dos, 311 km/h à 11000 mètres d’altitude pour terminer sa course folle à peut près entre Venise et Trieste où elle c’est posée avec une vitesse au sol d’une dizaine de km/h et 5 en descente.

Ce n’est certainement pas un record mais c’est assez inhabituel. Autre exemple le même jour, la radiosonde de Météofrance lancée à Trappes au sud ouest de Paris c’est posée près de Fribourg en Brisgau.

Pour en savoir plus, voir la trace de la radiosonde de Payerne ici et ici.

G7DAZ appelle pour une bière (mise à jour)

Un peu d’humour avant la catastrophe… Juste avant le passage du cyclone Dorian, Darren G7DAZ a écrit sur le sable « Send beer » visible en bas à gauche de la webcam de Port Nassau aux Bahamas. Cela a bien évidemment suscité la curiosité des journalistes qui n’ont d’ailleurs pas trouvé la signification de l’indicatif de Darren. Merci à André HB9HLM qui a vu Darren en direct écrire sa soif sur le sable.

Les explications de Darren sur sa page QRZ.com.

A propos du cyclone Dorian, la fréquence de 14.325 est utilisée par les services des radioamateurs d’aide en cas de catastrophe et il convient de la laisser libre.

Mise à jour du 3 septembre 2019:

Dans une conversation par mail, Darren a répondu à quelques questions:

HB9HLI> Après le passage du cyclone, êtes vous en vie ???, comment allez-vous ?
G7DAZ> Nous (moi et mademoiselle) sommes tous deux en sécurité, merci.
HB9HLI> Voulez-vous franchement une bière ?
G7DAZ> Oui, je veux vraiment une bière lol ….. J’ai quelques bières dans notre réfrigérateur dans notre chambre d’hôtel, donc tout est bon.
HB9HLI> Plus sérieusement, je vois sur la webcam qu’il y semble ne rien s’être passé, avez-vous vu des dégâts là où vous êtes ?
G7DAZ> Oui, il y a des dégâts, mais pas autant que ceux des autres îles des Bahamas qui ont presque été éliminées.
HB9HLI> Êtes-vous actif sur la radio aux Bahamas, est-ce qu’on peu vous contacter ?
G7DAZ> Oui, j’étais actif sur les ondes, mais le chargeur de batterie est mort pour mon ordinateur de poche …. donc plus de QSO à partir d’ici 🙁
HB9HLI> Vous avez reçu beaucoup de réaction avec ces mots dans le sable devant la webcam ?
G7DAZ> J’ai reçu des centaines d’e-mails et je les ai publiés dans plusieurs journaux en ligne et autres comme ici , ici ou encore ici.

W5LFL silent key

Owen Gariott a été le premier astronaute à transmettre en direction de la terre pour les radioamateurs depuis l’espace, ceci à bord la navette spatiale Columbia lors de la mission STS-9 en 1983. Cet événement avait suscité un vif intérêt parmi les radioamateurs. Pouvoir communiquer avec un astronaute à bord d’une navette spatiale était le Graal que nous tous voulions obtenir. A cette époque, je travaillais à Radio Suisse Internationale et bien aimé pouvoir faire un enregistrement lors d’un de ses passage au dessus le centre de l’Europe. Si j’ai bien pu le recevoir, j’étais très mal placé pour faire un enregistrement de qualité. Malheureusement ce que j’avais pu enregistrer n’était pas diffusable. C’est alors que je me suis approché d’un radioamateur qui travaillait également à la SSR, lui à Lausanne qui lui avait pu mettre la main sur un enregistrement du même passage et a pu le diffuser sur les ondes de la Radio Suisse Romande en plein prime time pendant les informations. Ni une ni deux, on décide de commander un feed entre les studios de Lausanne et Berne pour s’échanger les enregistrements.
Ainsi j’ai pu disposer d’un son de qualité qui a pu être également diffusé sur les ondes courtes de Radio Suisse Internationale. C’était un souvenir mémorable, avec le décès de notre héros de l’espace, je souhaite lui faire cet hommage. Il nous a offert du rêve et a été le précurseur de ce qui se fait maintenant grâce à ARISS qui a offert et offre encore aujourd’hui ce même rêve à des centaines d’étudiants ou écoliers partout dans le monde. Le radio-amateurisme est vraiment un hobby formidable qui permet ces échanges avec ces projets académiques qui ont fait la fierté de tout ces jeunes qui ont eu la chance de parler à un astronaute.

Voici les enregistrements de l’époque:

W5LFL au journal du soir de la Radio Suisse Romande (1983)

W5LFL dans l’émission « The Two Bobs » Swiss Radio International (1983)

Lire la suite

Améliorer la réception en DAB+

N’ayant pas de récepteur DAB+ dans ma voiture, j’ai fait l’acquisition d’un adaptateur qui permet la réception des programmes DAB+ en utilisant l’entrée auxiliaire de la radio de bord. Ce récepteur était très sensible mais malheureusement il avait le défaut de planter quand il reçoit plus de 100 programmes. Je me suis alors penché vers un autre adaptateur plus ressent, un Pure Highway 400. L’avantage avec cet adaptateur, c’est qu’il est facile à installer et permet aisément de cacher les fils. Il dispose d’une base sur piles qui communique sans fils avec le récepteur DAB+. L’ergonomie est bien pensée pour l’utilisation dans une voiture sans (trop) distraire la conduite. Par contre il a 3 défauts de taille: il n’est pas très sensible, comme pour la plupart des radios DAB+ et n’a pas de connecteur pour une antenne extérieur. Enfin, l’antenne de vitre sur film autocollant ne donne pas de très bon résultats, en ville ça coupe et on est très souvent en limite de réception.
Pour améliorer la réception, il faut une bonne antenne dégagée à l’extérieur du véhicule et un préamplificateur d’antenne. En soudant le coaxial de l’ancienne antenne magnétique de mon premier adaptateur améliore grandement, mais c’est encore nettement insuffisant. J’ai donc opté pour un préamplificateur d’antenne à insérer entre l’antenne et l’adaptateur DAB+. J’en ai trouvé un en France dans un Mr Bricolage prévu pour améliorer la réception de la TNT qui couvre également  la bande DAB+ autour de 200 MHz. Il filtre tout ce qui est au dessus de 700 MHz, ce qui est utile pour bloquer les perturbations du réseau GSM. L’alimentation se fait en fantôme (par le câble coaxial). En mettant un injecteur 5V sur la même prise d’alimentation USB que l’adaptateur DAB+, je peux ainsi alimenter le préamplificateur sans excès de câblage.  Cet injecteur est de la marque Delock et on le trouve facilement sur internet.

Le résultat est proche de l’ancien récepteur que j’avais. Il est ainsi possible d’étendre la réception bien au-delà de la zone de couverture prévue et surtout éviter les coupures de réception dans les zones urbaines denses.
Cette solution s’adapte pour tout récepteur DAB disposant d’une sortie d’antenne extérieur et le prix du préamplificateur avec l’injecteur 5V voisine les 35 euros.
Il faut bien sûr que je vous rende attentif que la modification que j’ai fait fait certainement tomber la garantie du récepteur DAB en soudant le câble coaxial directement sur la languette de connexion de l’antenne de vitre et sur la masse du récepteur.

Pour réaliser cela il faut:
1 injecteur USB 5V Delock
1 préamplificateur d’antenne pour la TNT Optex
1 antenne magnétique pour le DAB (200 MHz)
2 adaptateurs Fiches TV vers fiche F

Cela peut bien sûr s’adapter en fonction du système déjà installé et vous le faites bien évidemment sous votre responsabilité.

Bon amusement en DAB+ 🙂

Retour à la station pour…

…pour faire un peu de nettoyage ! et accessoirement faire quelques QSO. Du nettoyage, surtout dans mon log:

Upload de 3 ans de QSO dans LoTW (si-si, j’ai presque honte…).

Upload de 9 ans de QSO dans E-QSL, là j’ai moins honte car j’étais à 2 doigts d’abandonner ce système tant l’interface web est lente et désuète…  mais voilà, il y a le support de E-QSL dans CQRlog (Linux) et cela simplifie grandement cette tâche !
Je devrais maintenant pouvoir envoyer mes QSO dans ces 2 systèmes en ligne plus régulièrement.

Dom.